Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Esp@ce Presse

RN 145 - CREUSE - réfection réfection de 4 km de chaussée et installation du dispositif expérimental de lutte contre les prises à contresens

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 25 mai 2020

La réfection de 4 km de chaussées

Des travaux de réfection de chaussée de la RN145, réalisés par l’État – DIR Centre Ouest se dérouleront du 25 mai au 19 juin 2020, dans le sens Montluçon – Bellac, depuis l’aire de l’Espérance Nord et entre les échangeurs n°51 « Grand Bourg », n°52 « Saint-Priest la Plaine ».
Ce chantier s’inscrit dans le mouvement progressif de reprise économique que la France connaît depuis le début de la crise sanitaire.
La chaussée dégradée, notamment du fait du fort trafic de poids lourds sur cet axe, est refaite sur plus de 4 km de la RN145. Cette opération d’environ 1.5 millions d’euros fait partie d’un programme d’amélioration d’itinéraire sur 5 ans de la RN 145 en Creuse, chiffré à près de 20M€ et qui a démarré en 2018.

L’objet des travaux
Les travaux consistent en la réfection de la chaussée avec un rabotage des zones dégradées, la réfection des couches par un enrobé neuf et la reconstitution du marquage de la chaussée.
Certaines zones nécessitent un important rabotage sur plusieurs centimètres de profondeur. La réalisation de ces travaux n’est pas envisageable en conservant la circulation sur l’itinéraire.
Ces travaux se réaliseront dans le respect des règles sanitaires applicables aux maîtres d’ouvrage et aux entreprises du BTP (Cf partie 3).

La lutte contre les prises à contre-sens

Des travaux de lutte contre la prise à contre-sens,
réalisés par l’État – la DIR Centre-Ouest se dérouleront du 25 mai à fin juin 2020.

Problématique
La problématique des prises à contresens du réseau routier national à 2x2 voies est un des enjeux majeurs de la politique de lutte contre l’insécurité routière de la DIR Centre-Ouest, principalement sur deux axes : l’A20 et la RN145.
Malgré une signalisation renforcée par rapport à la réglementation en vigueur, une recrudescence des prises à contresens est constatée depuis près de 5 ans sur ces axes. Les usagers circulant sous l’emprise de produits psychoactifs sont majoritairement à l’origine de ces infractions. Dans les prochaines années, le vieillissement de la population pourrait venir accentuer le phénomène.
Après s’être employée à améliorer la géométrie des extrémités des bretelles des échangeurs concernés et à renforcer la signalisation de police (sens interdits doublés et rappelés) sur ces dernières, la DIR Centre-Ouest expérimente des systèmes innovants de détection et d’alerte automatique des usagers, afin de gagner en réactivité et de limiter autant que possible les conséquences de ces comportements à risques.
Plusieurs solutions sont déployées sur le réseau de la DIR dont une nouvelle dans les prochains jours sur la RN145 dans la Creuse à la demande de Madame la Préfète.
Depuis 2017, 12 contre-sens avérés ont été constatés dans la Creuse dont 1 accident corporel et 2 accidents mortels (4 tués). Sur la même période, 27 autres signalements de prise à contre-sens ont été enregistrés suite à déclaration d’usager.

Les dispositifs déjà déployés de 1ʳᵉ génération : détection et alerte du contrevenant sur Magnac-Bourg (87)
En 2014 à la suite de plusieurs contresens constatés sur l’A20, la DIR Centre-Ouest a expérimenté la mise en place d’un système de prévention et d’alerte d’usager en contresens sur la bretelle de sortie de l’échangeur n°41 de l’autoroute, à Magnac-Bourg en Haute-Vienne.
Le dispositif repose sur un capteur de détection du véhicule en contresens de première génération avec déclenchement d’une alerte par l’activation des panneaux « sens interdit » clignotants implantés sur la bretelle, un relai par caméra permettant au centre d’information et de gestion de trafic (CIGT) de Limoges de procéder à la vérification et au traitement de l’alerte.
Cette technologie avait toutefois le désavantage de provoquer un nombre important de fausses alertes liées essentiellement à la technologie du capteur qui peut être perturbée par des interférences générées par les ombres portées et les reflets du soleil, et aux véhicules circulant sur la bretelle adjacente que le dispositif peut interpréter comme des usagers circulant à contresens sur la bretelle.

Le nouveau dispositif 2ᵉ génération : détection et alerte des usagers sur la RN 145
Un nouveau dispositif de détection va être implanté sur l’une des bretelles de l’échangeur n°51 de la RN145 en Creuse.
Basé sur l’implantation de deux radars de nouvelle génération qui ont une portée plus importante (200 m) et permettent un suivi des trajectoires des véhicules, ce système de détection plus performant devrait permettre de limiter le nombre de fausses alertes. L’implantation du deuxième radar permet en effet de confirmer la détection du premier.
Le contrevenant sera alerté par l’activation de feux clignotants sur les panneaux « sens interdit » à fond jaune sur la bretelle. L’activation automatique du panneau à message variable situé en amont de l’échangeur permettra d’alerter instantanément les usagers circulant sur la RN 145. La transmission d’une alerte automatique au centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie de la Creuse permettra également de réduire le délai d’intervention.
Les travaux d’installation détaillés ci-après seront en cours à partir de fin mai pour une durée de 1 mois. Des paramétrages du système interviendront ensuite pendant un mois. La mise en service devrait ainsi intervenir pour la fin juin. Ces travaux se réaliseront dans le respect des règles sanitaires applicables aux maîtres d’ouvrage et aux entreprises du BTP (Cf partie 3).

Les travaux : du lundi 25 mai à fin juin 2020

L’État – la DIR Centre-Ouest procédera du lundi 25 mai à fin juin 2020 à la réfection de la couche de roulement de la RN 145 sur plus de 4 km et à l’installation du dispositif expérimental de lutte contre les prises à contresens sur la bretelle de sortie de l’échangeur n°51 « Grand Bourg » dans le sens Montluçon-Bellac.

Phasage des travaux

Les travaux se dérouleront en deux phases :

1 – du lundi 25 mai au vendredi 19 juin : un basculement de circulation sera mis en place, les usagers du sens Montluçon-Bellac circuleront sur la voie de gauche du sens opposé pendant 4 km environ.
Les usagers souhaitant entrer sur la RN145 par la bretelle d’entrée de l’échangeur n°51 en direction de Bellac devront emprunter la bretelle d’entrée de l’échangeur n°51 en direction de Montluçon, faire demi-tour à l’échangeur n°50 « Saint-Vaury » et emprunter la RN145 en direction de Bellac.

2 – du lundi 25 mai à fin juin : la bretelle de sortie de l’échangeur 51 sera fermée dans le sens Montluçon-Bellac.
Les usagers circulant sur la RN145 en direction de Bellac et souhaitant emprunter la bretelle de sortie de l’échangeur n°51 en direction de Grand Bourg devront faire demi-tour par l’échangeur n°52 « Saint Priest la Plaine » et emprunter la RN145 en direction de Montluçon jusqu’à la bretelle de sortie de l’échangeur n°51.
Les usagers circulant sur la RN145 en direction de Bellac et souhaitant emprunter la bretelle de sortie de l’échangeur n°51 en direction de Dun Le Palestel devront poursuivre sur la RN145 jusqu’à la bretelle de sortie de l’échangeur n°54 « Dun Le Palestel ».

Pendant toute la durée des travaux, l’accès à l’aire de repos l’Espérance Nord sera fermé.

Mesures de prévention covid-19
La DIRCO a adapté son mode de fonctionnement pour assurer à l’ensemble de ses agents un maximum de sécurité en tenant compte du plan de prévention et de gestion des risques. Des procédures ont été mises en place pour s’adapter à la pandémie.
Les entreprises travaillant pour le compte de la DIRCO ont également fait le nécessaire pour la sécurité de leurs personnels. Ces actions ont été validées par le Maître d’Ouvrage et le coordonnateur Sécurité et de Protection de la Santé (CSPS).
Parmi les mesures prises, on peut citer :
• Veiller à assurer la distance minimale d’un mètre entre les personnes. En cas d’impossibilité, faire porter des masques de type chirurgical II-R
• Privilégier les modes de transport individuels
• Fourniture de désinfectants sur site
• Organisation des postes de travail pour limiter au maximum les tâches simultanées de proximité et de longue durée, y compris pour les phases de livraisons
• Éviter/Limiter les échanges et prêt d’outils de travail et/ou désinfecter ces derniers régulièrement ou à chaque changement de main
• Affichage de brochures sur les règles d’hygiène à respecter
Les entreprises intervenantes sur site doivent veiller à ce que ces dispositions soient mises en place et respectées. Les sous-traitants et prestataires sont soumis aux mêmes dispositions.


Télécharger :